• Issun-boshi

     Issun-boshi

     Voici un autre conte, Issun-Boshi! J'ai pris le texte de ce site, et l'ai (beaucoup) modifié, de façon à ce qu'il soit le plus lisible possible, en rajoutant de la ponctuation et en modifiant les phrases bancales. En tout cas, j'espère qu'il vous plaira!

    Issun-Boshi

    Un  couple vivaient heureux mais sans enfant. La femme, qui commençait à prendre de l'âge, priait chaque soir pour pouvoir enfanter. Un soir, priant plus ardemment, elle s'exclama : "S'il vous plait, accordez moi un enfant, même s'il est petit. Je l'aimerait et le chérirait." La femme y avait mis tant de conviction de le miracle se produisit: elle fut enceinte dés le lendemain.

    Neuf mois plus tard, elle donna naissance à un fils. Au grand étonnement des parents, il était tout petit. Sa mère et son père lui donnèrent tout leur amour. En raison de sa taille, le nom choisit fut 
    Issun-bôshi, le garçon de 3 centimètres. A défaut de grandir physiquement, le garçon grandit en maturité et en intelligence, avec toute l’affection de ses parents. 

    Un jour, Issun-bôshi réalisa qu'il ne grandirait sans doute jamais. Il se demanda ce qu'il allait faire de sa vie, quel travail il pourrait pratiquer, et quelle serait sa place dans la société. Il décida alors de quitter ses parents, en leurs faisant la promesse de revenir une fois grand. Ces derniers lui offrirent un bol, une paire de baguette, une aiguille en guise d'épée et une paille comme fourreau.  

    Il prit ainsi la route vers la capital par la rivière, avec son bol comme bateau et ses baguettes comme rames. Arrivée sans encombre à destination, il se sentit désorienté les premiers instants par le gigantesque de la ville, l’animation et le danger de se faire écraser à tout instant par les passants. Cela m’empêchait pas son émerveillement. Il décida de trouver du travail.
      
    Il aperçut une luxueuse maison et décida de s'y présenter. Frappant à la porte, un serviteur vint lui ouvrir. Il cria de toute ses forces: "Je me nomme Issun-bôshi et je suis samouraï !". L'employé regarda autour de lui, ne vit personne et se dit à lui même: "Ce doit être une blague". Il commença à refermer la porte, mais Issun-bôshi cria de plus bel: "Mais si, regardez, je suis à vos pieds !".

    Il proposa ses services à la famille de nobles et fut embauché immédiatement. Le père de famille avait une fille unique, et pensait que Issun-bôshi serait un parfait compagnon pouvant la protéger. Issun-bôshi et la jeune fille s'entendaient très bien. Notre héros composait des poèmes pour la jeune fille et riait avec elle. Issun-Boshi était nourri, logé et recevait un peu d'argent.

    La jeune fille aiment se rendre au temple pour y prier. Ce jour-ci, elle était accompagnée de sa veille nourrice et d'Issun-bôshi. Sur le chemin, le groupe fut attaqué par des Onis, des ogres, voulants kidnapper la jeune fille pour réclamer une rançon. Issun-bôshi bondit, son épée en avant : "Je suis Issun-bôshi, samouraï, et ne vous laisserais enlever personne ! ". Un des ogres lui répondit: "Tu es certes petit, mais tu ne manque pas de courage! Je pense que je vais te dévorer, tu me feras office d'amuse-bouche! ". Aussi tôt dit, aussi tôt fait: il l'avala d'un coup.

    Notre héros se retrouva dans l’estomac de l'ogre. Il ne perdit point son courage ni son sang froid, et commença à donner des coups d'aiguille, remontant la gorge en utilisant son arme comme d'un pieu. L'ogre se tordit de douleur et finit par le recracher. Ce dernier essaya de s'enfuir mais Issun-bôshi lui barra la route. Il s'attaqua au deuxième, mais le monstre l'écrasa de sa main. Cependant, grâce à sa petite taille, Issun-bôshi réussit à se glisser entre ses doigts. Il bondit au visage de l'ogre et lui creva un œil. Hurlant de douleur, l'oni s'avoua vaincu. Les deux monstres demandèrent grâce. Issun-bôshi accepta, à condition qu'ils ne fassent plus de mal à personne. Les ogres acceptèrent, et remercirent le samuraï de sa bonté en lui offrant un maillet magique.

    Il s’agissait du légendaire Uchide-no-Kozuchi, ayant le pouvoir de réaliser n'importe quel voeu. Pour cela, il suffisait de fermer les yeux, et qu'une personne agite l'objet magique au-dessus de la tête. La jeune fille agita alors le maillet au dessus d'Issun-bôshi, souhaitant qu'il grandisse d'un coup. La magie opéra, et Issun-Boshi se retrouva grand comme jamais, vêtu de ses habits de samouraï.

    De retour à la demeure, la jeune fille raconta à son père leur aventure et lui présenta le nouveau Issun-bôshi. Le père le remercia et lui donna la main de sa fille, lui proposant de changer de nom. Notre héro décida cependant de garder son vrai prénom, Issun-Boshi. Il épousa la jeune fille et fit venir ses parents auprès d'eux, se montrant bon et courageux durant toute sa vie.

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :