• "La pluie redoubla d'intensité et la maison et le jardin se mirent à chanter avec l'eau. Elle débordait des gouttières, s'écoulait des tuyaux et s'engouffrait dans le torrent qui bondissait entre les pièces d'eau, en une succession de cascades dont chacune faisait un bruit différent. La maison chantait à mes oreilles, et je tombais amoureux d'elle. Je voulais lui appartenir. J'étais prêt à tout pour y arriver, et décidé à faire tout ce que souhaiterai son propriétaire."

    La clan des Otori, tome 1: Le silence du rossignol, Lian Hearn


    votre commentaire
  • "La marquise vit sans doute un présage du ciel dans le respect que le sort semblait avoir pour la fille de son cœur, et n'accordait que de faibles souvenirs à ses enfants déjà tombés selon les caprices de la mort, et qui restaient au fond de son âme, comme ces tombeaux élevés dans un champ de bataille, mais que les fleurs des champs ont presque fait disparaître."

    La femme de trente ans, Balzac


    votre commentaire
  • "Mais la raison est toujours mesquine auprès du sentiment; l'une est naturellement bornée, comme tout ce qui est positif, et l'autre est infini. Raisonner là où il faut sentir est le propre des âmes sans portée."

    La femme de trente ans, Balzac


    votre commentaire
  • "Si, grâce à ces conspirations domestiques, beaucoup de niais passent pour des hommes supérieurs, ils compensent le nombre d'hommes supérieurs qui passent pour des niais, en sorte que l'Etat social a toujours la même masse de capacités apparentes."

    La femme de trente ans, Balzac


    votre commentaire
  • "-Que le gosse survive, il sera infirme. Pire qu'infirme. Un repoussoir. Parle-moi plutôt d'une bonne mort proprette."

    Tyrion ne daigna répondre que d'un haussement d'épaules qui soulegna sa difformité. "En matière de repoussoirs, tu me permettras d'avoir un autre avis. La mort a quelque chose d'effroyablement définitif. La vie ouvre, elle, sur d'innombrables virtualités."

    Le trône de fer, tome 1, G.R.R. Martin

    (Jaime Lannister parlant à Tyrion)


    votre commentaire
  • "Un jour, Bran, tu seras le porte-bannière de Robb, tu tiendras ta propre place forte au nom de ton frère et au nom du roi, et la justice t'incombera. Ce jour-là, garde-toi de prendre le moindre plaisir à l'accomplissement de ton devoir, garde-toi tout autant d'en détourner les yeux. Il ne tarde guère à oublier ce qu'est la mort, le chef qui se cache derrière des exécuteurs mercenaires."

    Le trône de fer, tome 1, G.R.R. Martin

    (Lord Eddard à son fils Brandon)


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique